Les femmes djihadistes françaises arrêtées en Syrie ne devraient pas être jugées en France

5 janvier 2018 à 5h51 par Benoit DE MINIAC

OCEANE FM

C'est en tout cas le souhait du gouvernement Philippe. Hier, son porte-parole Benjamin Griveaux a expliqué qu'elles devaient être « jugées là-bas si les institutions judiciaires sont en capacité d’assurer un procès équitable ».
Parmi ces femmes, rappelons qu'il y a Émilie König.
Une lorientaise de 33 ans, recruteuse pour l’État islamique, arrêtée début décembre.
Elle réclame son rapatriement en France. Son avocat affirme que les autorités françaises ont ''l’obligation de la juger''.