La CPAM du Morbihan veut lutter contre « la pauvreté invisible »

25 septembre 2018 à 2h52 par Benoit DE MINIAC

OCEANE FM

Derrière ce terme, elle parle du quart de ses assurés qui renoncent à se soigner pour des questions d'argent. Sur 1549 personnes interrogées, 25,9% ont renoncé à un soin au cours des 12 derniers mois par manque d'argent (mais aussi à cause des délais de RDV). Principalement des soins dentaires ou ophtalmologiques. C'est plus que la moyenne nationale. La CPAM entend détecter ces assurés, avec l'aide de la Caf mais aussi d'associations comme Les Restos du Coeur et Emmaüs, afin de les contacter et de leur parler de leur droit à se faire soigner.