En bref

1er février 2018 à 6h24 par Benoit DE MINIAC

OCEANE FM

Mobilisation en faveur d'une famille de réfugiés à St Nazaire. Un collectif vient de se constituer pour tenter d'éviter qu'un couple et ses 2 enfants ne se fasse expulser du territoire français. Arrivée dans la Cité des Paquebot en mars dernier, cette famille albanaise voulait fuir son pays pour des raisons d'insécurité.
Mais sa demande de droit d'asile a été refusée... et elle doit quitter la France avant le 9 février. Le collectif ne l'entend pas de cette oreille et annonce une action au tribunal. Une pétition a recueilli 800 signatures notamment de la part des familles de l'école Victor-Hugo où sont scolarisés les enfants.

L'interpellation de deux adolescents à St Nazaire.
Deux mineurs soupçonnés d'être les auteurs de plusieurs cambriolages en janvier 2017 et en avril 2017, chez des commerçants de la place Poincarré. Soit au total, 9 victimes.
En garde à vue, les deux supects ont reconnu seulement 2 vols. Ils devraient être mis en examen le 14 mars prochain avant leur procès prévu devant le TGI.

9 interpellations en deux jours. C'est le bilan de deux enquêtes menées par les gendarmes de la compagnie de Ploërmel, le WE dernier. Ils ont mis la main sur 4 jeunes gens d'une 20aine d'année entrain de voler du carburant dans les camions d'une entreprise à Bréhan.
Mais aussi, 5 autres personnes soupçonnées d'avoir volé du matériel dans le parc éolien du Bois Grisan, à St Martin sur Oust. Placées en garde à vue, ces 9 personnes ont été remis en liberté avec une convocation à venir devant la justice.

Vannes va accueillir un village de start-up. L'initiative émane du Crédit Agricole.
La Banque vient de lancer un appel à candidature pour recruter ses 15 futurs locataires.
15 start-up, déjà bien engagées sur leur marché, qui vont bénéficier, si elles sont retenues, d'un « accélérateur de développement » notamment vers l'International. La pépinière doit ouvrir au mois de mai dans un espace de 600m².

Le conseil municipal de St Avé traverse une zone de turbulences. La maire, Anne Gallo, vient de recevoir 4 lettres de démission. 4 lettres de 4 conseillers en poste depuis presque 4 ans qui estiment « ne pas avoir été intégrés dans la vie municipale ». Il leur est impossible « d'exercer pleinement la fonction » pour laquelle les Avéens les ont élus.
Pour Anne Gallo, qui regrette ces départs, c'est « la suite logique d'un absentéisme croissant et du mutisme dont ce groupe fait preuve ces derniers mois ».