Economie : Bilan de Drone Act au CES de Las Vegas

5 février 2019 à 4h43 par Benoit DE MINIAC

OCEANE FM

De retour en France, l'heure est au bilan pour la délégation française présente au dernier CES de Las Vegas. La France qui avait déplacé la plus grosse délégation étrangère au sein du Salon du high tech, le mois dernier. Avec des entreprises bretonnes qui ont été nombreuses à faire le voyage dans l'espoir d'accélérer leur développement. Juste avant le CES, nous vous avions parlé, notamment, de la start-up morbihanaise Drone Act, qui conçoit des drones innovants dans son atelier de Malestroit.


- La jeune pousse a présenté à Las Vegas un prototype de drone intelligent, qui n'a pas manqué d'attirer l'attention. Pour Yannis Le Brun, responsable design et communication, l'objectif est atteint Écouter le podcast


- L'équipe de Drone Act a été impressionnée, et encouragée, par les échanges avec des dirigeants de groupes prestigieux, comme le souligne Sullivan Villa, responsable mécatronique chez Drone Act Écouter le podcast


Des propos recueillis par Yann Launay.




Economie toujours avec le Groupe Bodemer qui lance, sur le mois de février, une grande opération de recrutement dans le Grand Ouest. Une opération qui sera rythmée par 8 Job Dating. Distributeur privé des marques Renault, Dacia, Nissan et Alpine, il recherche plus de 50 personnes pour des postes de mécanicien(ne), carrossier(e), peintre, conseiller(e) service et chef d'atelier. L'un de ces Job Dating est programmé à Vannes, le 21 février. Informations sur le site bodemer.fr/espace-carriere




Mauvaise nouvelle, en revanche, chez General Electric. Le bureau d’études nantais, porteur du projet d'installation de 80 éoliennes offshore au large de St Nazaire, annonce la suppression de 80 postes. 80 salariés ont été informé, la semaine dernière, du plan de rupture conventionnelle collective (RCC) voulu par leur direction. En cause, un carnet de commande trop peu rempli pour les mois à venir... une fois terminé l'installation de 66 éoliennes au large des côtes allemandes. Un « mauvais signal » pour la filière française, et nazairienne en particulier, estime les syndicats.