Dernière semaine de confinement strict en France

4 mai 2020 à 4h00 par Benoit DE MINIAC

OCEANE FM

Lundi prochain, si tout va bien, nous serons de nouveau libre de nos mouvements, dans une certaine mesure. Après 8 semaines cloîtrés chez nous.
Le pic épidémique est derrière nous et la France, comme l'Europe, entame la délicate période du déconfinement.
Un déconfinement sur la base de grands principes mais qui se décline localement, en fonction d'une carte qui souligne le taux de circulation du virus.


Et bonne nouvelle pour la Bretagne, ses 4 départements administratifs sont verts.
Tandis que la Loire-Atlantique, qui était encore orange hier, est passée, elle aussi, au vert en soirée.
Ce qui veut dire que le virus ne circule plus activement et que les capacités hospitalières sont bonnes.
Rien d'étonnant quand on sait qu'il y a désormais moins de 50 personnes en réanimation dans la Région et seulement 332 personnes dans les autres modes d'hospitalisation.


Un déconfinement qui ira de paire avec une campagne ciblée de dépistage.
Pour relever ce défi, une 20aine de laboratoire, en Bretagne, se disent prêt à réaliser jusqu'à 5000 tests/jour.
Des tests rapides, via un prélèvement nasal.
Reste à savoir quelle sera la politique de dépistage que l'ARS compte mettre en place.


Les masques arrivent... dans les grandes surfaces !
Après les pharmacies et les buralistes, les grandes surfaces commencent aujourd'hui à distribuer et à vendre des masques, selon la secrétaire de l’Etat chargée de l’Economie Agnès Pannier-Runacher.
C'est le cas chez Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché, Leclerc, ou Système U.
D’autres enseignes suivront, le 11 mai.


La Région des Pays de la Loire a commandé 17 300 blouses à destination du personnel soignant.
Ces équipements de protection individuelle ont été livrés, entre autre, aux Centres Hospitaliers de Nantes, La Roche-sur-Yon et Saint-Nazaire.
4500 combinaisons ont également été commandées à destination des laboratoires en vue du déploiement des dépistages.


Pour autant, trouver des masques et tout le matériel de protection nécessaire pour poursuivre son activité en restant protégé reste un défi que bon nombre d'établissements publics et entreprises.
D'autant plus à l'approche du déconfinement...
La plateforme "Balancetonmasque", soutenue par la CCI du morbihan (mais accessible à l'ensemble du Grand Ouest) a été créée pour justement vous simplifier la tâche et trouver les bons interlocuteurs afin de vous approvisionner. Ecoutez Bérenger CADORET, il est le concepteur à Locminé de balancetonmasque.fr


Écouter le podcast


La plateforme est accessible directement sur www.balancetonmasque.fr


Dans le cadre du déconfinement du 11 mai, les plages et la mer resteront interdites.
Ce qui, en Bretagne, fait grincer pas mal de dents.
Les plaisanciers, les pêcheurs à pied, les surfeurs ou encore les adeptes du longue-côte n'acceptent pas qu'on leur en interdise l'accès.
Le député LREM du Finistère, Didier Le Gac, a demandé au 1er Ministre, EP, de permettre les sortie en mer.
Pour lui, « les usagers présentent très peu de risque de contamination ».


A St Malo, le député LR Gilles Lurton, regrette que « les spécificités locales et les avis des élus locaux ne soient pas prise en compte ». Même son de cloche du côté d'Alain Cadec, président LR du CD22.
Une situation d'autant plus injuste que les pêcheurs vont pouvoir ressortir leurs cannes, dès le 11 mai, le long de fleuves, des rivières et des lacs bretons... à condition que la Bretagne reste « en vert » et que les pêcheurs respectent les gestes barrières et la distanciation physique.


Il y a une quinzaine de jours, la région Bretagne lançait la plateforme “produits-locaux.bzh” pour soutenir les producteurs locaux pendant le confinement.
“Le bien manger pour tous”, c'est LA mission de la Bretagne, selon le président de la région.
Point d'étape avec Loïg Chesnais-Girard


Écouter le podcast


Dès aujourd'hui, les déchetteries rouvrent leurs portes.
Une réouverture progressive et sous condition :
• l'accès est autorisé uniquement aux véhicules à moteur
• le dernier chiffre de la plaque d'immatriculation du véhicule doit être identique au dernier chiffre de la date du jour (ex : numéro d'immatriculation terminant par 4 ; accès possible les 4, 14 et 24 du mois)
• vous devez, par ailleurs, être muni d'une attestation de déplacement et d'un justificatif de résidence dans une des communes proches de la déchetterie qui devra être mis en évidence sur le pare-brise.