Coronavirus : les visites de nouveau possible en Ehpad

21 avril 2020 à 5h56 par Benoit DE MINIAC

OCEANE FM

Au point de situation sanitaire quotidien en Bretagne, on compte désormais :
- 85 patients en service de réanimation (-3 en 24h)
- 377 autres modes d’hospitalisation (-)
- et 636 retours à domicile (+5 en 24h)


Mais aussi 187 décès (des patients âgés de 55 à 100 ans), soit +4 en 24h.


Le nombre de cas de Coronavirus Covid-19 confirmés en Bretagne par diagnostic biologique (PCR) depuis le 28 février est de 2192 (+108 en 72h*), ainsi répartis :
- 606 en Ille-et-Vilaine ;
- 526 dans le Morbihan ;
- 522 dans le Finistère ;
- 314 dans les Côtes d’Armor.


Sachant que depuis le 15 avril, le suivi des cas confirmés est élaboré à partir des données de Santé Publique France, qui comptabilisent les résultats des analyses (test PCR) effectuées par les laboratoires publics ET privés.


C'était une étape attendue... autorisée depuis hier... les visites dans les Ehpad.
Il est de nouveau possible de rendre visite à nos anciens, nos parents et/ou grand-parents (sous conditions). Le Gouvernement a assoupli les règles du confinement pour éviter de vivre des drames liés à l'isolement et la solitude. Il a également annoncé qu'il n'y aurait pas de déconfinement par tranche d'âge.


Une bonne nouvelle pour Joachim Tavares, créateur de PapyHappy (société spécialisée dans le conseil dans le choix d'un logement pour seniors)


Écouter le podcast


Écouter le podcast


Écouter le podcast


Par ailleurs, une aide-soignante de St Jean la Poterie (56) a reçu une lettre anonyme insultante.
Son auteur lui reproche de représenter un risque de ramener le Covid 19 dans la commune.
Il affirme s'exprimer au nom « de l'ensemble du voisinage ».
Des plaintes ont été déposées.
Des faits approchant on déjà été signalés à Malestroit, Pontchâteau et Lannion.


A Plougasnou (29) des amendes ont été distribuées à un couple de parisiens et au propriétaire d'une maison.
Ce dernier avait accepté de louer sa maison de vacances malgré l'interdiction et les premiers avaient enfreints le confinement en se rendant en Bretagne.
Ils écopent tous d'une amende de 135€. Et le couple, lui, a été sommé de retourner à Paris.


A Pleucadeuc (56), plus de 150 photos pornographiques ont été collées un peu partout dans les rues.
Sans doute dans la nuit de vendredi à samedi dernier.
Un acte malsain que le maire et son adjoint déplorent.
C'est eux qui ont passé 2h à tout enlever : il y en avait sur les voitures, les jardinières, les panneaux de signalisation ou encore sur le distributeur de pain.


C'est une première en France : le Morbihan lance une étude pour savoir combien d'habitants ont déjà été en contact avec le nouveau coronavirus.
Mais les Morbihanais ne vont pas être soumis massivement à des prélèvements, en fait les échantillons qui vont être analysés existent déjà.
Pour calculer la proportion de Morbihanais ayant développé des anticorps, et pour comprendre comment l'épidémie s'est développée, les biologistes du laboratoire départemental vont analyser les échantillons de sang congelés ces derniers mois. Rappelons que les premiers cas avaient été détectés tout début mars, mais l'étude veut remonter plus loin dans le temps comme nous l'explique le Dr Patrick Guérin, directeur de la société vannetaise OpenHealth, en charge du traitement des données


Écouter le podcast


Écouter le podcast


Les données de l'étude seront bien sûr anonymes. Les premiers résultats devraient être présentés début mai par la société OpenHealth. Si la méthode fonctionne, d'autres départements français pourraient imiter la démarche morbihannaise.


Par ailleurs, le préfet du Morbihan veut construire « la vie d'après » avec les morbihannais.
Patrice Faure annonce la création de groupes de travail, en lien avec les acteurs du territoire, filière par filière.
Le but est de trouver un consensus autour des modalités de la reprise d'activité économique et les règles sanitaires qui s'appliqueront.
Tout le monde peut se rapprocher de la préfecture pour apporter son expertise. Les groupes de travail doivent débuter leurs échanges dès la semaine prochaine.


Le directeur du CHU de Brest a été retenu pour participer à la mission interministérielle chargée de coordonner la stratégie du déconfinement.
C'est son adjoint qui assurera l'intérim en son absence.