Coronavirus : la chasse aux masques est lancée

22 avril 2020 à 3h12 par Benoit DE MINIAC

OCEANE FM

A l'approche du 11 mai, et alors que l'épidémie de Covid 19 recule toujours, les collectivités sont lancées dans la chasse aux masques de protection.
Nombre de communes réquisitionnent des entreprises textiles, ou commandent des masques à l'étranger...
mais dans le Morbihan, les collectivités et les services de l'Etat ont fait ensemble un autre choix.
Les masques seront confectionnés par des centaines de couturières volontaires du département, qui fabriqueront à domicile un modèle de masque standardisé, à partir d'un tissu « made in France » qui leur sera fourni.
Une véritable "Usine Invisible" dont le fonctionnement démarre, avec comme premier objectif : 70 000 masques d'ici au 11 mai.
Une idée qui devrait faire tache d'huile, puisque le Finistère, les Côtes d'Armor, l'Ille & Vilaine se disent prêts à imiter cette organisation.

Mais pourquoi avoir fait ce choix, quand d'autres collectivités commandent massivement en Chine, au Portugal ou dans les pays d'Europe de L'Est ? La réponse d'Yves Bleunven, maire de Grand-Champ et président de l'association des maires du Morbihan

Écouter le podcast

Écouter le podcast

Les couturiers, couturières prêts à se porter volontaires peuvent prendre contact avec l'équipe organisatrice en envoyant un mail à cette adresse :
Contact : lusineinvisible@gmail.com

Les commandes de masques se multiplient en Bretagne.
La ville de Nantes vient de commander 600 000 masques pour « être prêt le 11 mai ».
Ce masque réutilisable certifié sera remis à chaque nantais, adultes et enfants. Les communes de la métropole devraient se joindre à Nantes pour compléter la commande pour leurs habitants.

A Rennes, les premiers masques eux seront livrés le 7 mai et distribués gratuitement à partir du 8 mai dans une vingtaine de centres dédiés. La ville a commandé 500 000 masques en tissus aux ateliers Fim à Fougères.

A Vannes, ce sont 60 000 masques en tissu lavable qui ont été commandés… ils pourront être lavés entre 30 et 50 fois.

A Plérin dans les Côtes d’Armor, la ville a commandé de 30 000 masques pour les habitants et 28 000 masques chirurgicaux et FFP2 pour les personnels de l’Ephad et les agents municipaux.

A Quimper, la société Armor Lux, elle, a adapté sa production de textile à la fabrication de masques.
Chaque jour, 2000 pièces sortent de ses ateliers.
L’objectif est de sortir 300 000e masques par semaine d’ici 15 jours. Les commandes affluent notamment de plusieurs collectivités bretonnes… les agglomérations de Quimper et Lorient, la métropole de Brest ou encore du Conseil départemental du Finistère et de la Région.

Au niveau des chiffres, le recul du Coronavirus se confirme en Bretagne.
Jour après jour, le bilan de la situation sanitaire le confirme.
Hier soir, il n'y avait plus que 79 patients en service de réanimation sur toute la Région (soit -6 en 24h)
Egalement 367 autres malades hospitalisés et 661 retours à domicile.

On compte aussi 5 décès supplémentaires, soit un total de 192 (patients âgés de 55 à 100 ans).

Au niveau du nombre de cas, depuis le 28 février, il atteint 2206 ainsi répartis :
- 607 en Ille-et-Vilaine 
- 532 dans le Morbihan 
- 527 dans le Finistère 
- 316 dans les Côtes d’Armor

Sans oublier :
- 122 personnes ne résidant pas en Bretagne
- 102 personnes dont les départements de résidence ne sont actuellement pas encore connus

Dans les EHPAD :
57 établissements ont déclaré au moins 1 cas confirmé
Et 55 décès de résidents sont à déplorer.

Les Ehpad qui peuvent, depuis lundi, recommencer à organiser des visites (sous conditions).
Chaque structure a dû s'organiser rapidement, presque en urgence pour pouvoir mettre en place un protocole, établir des priorités et respecter toutes les règles.
A Rochefort-en-Terre (56), on a pu accueillir les 1ères familles dès hier. Ecoutez David JEULAND, le directeur de l'EHPAD

Écouter le podcast

Écouter le podcast

Emmanuel Macron en Bretagne.
Le chef de l'Etat est en visite dans la Région aujourd'hui.
A l'issue du Conseil des ministres, il est attendu en milieu d’après-midi dans le nord du Finistère.
Il se rendra d’abord à Cléder pour rencontrer les employés d’une exploitation où sont notamment cultivées des tomates.
Puis à Saint-Pol-de-Léon pour y visiter un supermarché Super U, où il échangera avec « ceux qui permettent aux Français de s’approvisionner » comme les caissières, les employés de la distribution ainsi que les bénévoles qui aident les personnes âgées ou vulnérables.

Douche froide par contre à Plaintel.
La Secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher a été interpellée par le député Marc Le Fur à l’Assemblée nationale. Le projet de relance de l’usine de fabrication de masques piloté par la Région, le département et Saint-Brieuc Agglo ne semble pas être soutenu pour le moment par le gouvernement… qui estime qu’il y a des alternatives à ce projet… des sites déjà actifs. L’usine de Plaintel est en effet fermée depuis 2 ans… les machines vendues.