Actualités régionales

Coronavirus : 69 cas supplémentaires en 24h en Bretagne

02 avril 2020 à 06h42 Par Benoit DE MINIAC

L'épidémie de Coronavirus touche désormais 1109 personnes en Bretagne, ainsi répartis :
- 357 personnes dans le Morbihan
- 260 dans le Finistère
- 257 en Ille-et-Vilaine
- 136 dans les Côtes d’Armor

Parmi eux, :
- 219 sont en hospitalisation conventionnelle
- 79 en service de réanimation
- 31 en soins de suite et réadaptation
- 5 en psychiatrie
- 200 retours à domicile
- 54 décès.

Par ailleurs, le mouvement de solidarité nationale se poursuit en Bretagne pour venir en renfort des régions Ile-de-France et du Grand-Est.
Hier, 36 patients ont été répartis vers les CHU de Rennes et de Brest, le Centre hospitalier de Saint-Brieuc et l’Hôpital d’Instruction des Armées.
On compte aussi près de 70 volontaires médicaux et soignants, d’établissements publics et privés bretons, mobilisés pour renforcer les équipes hospitalières en Ile-de-France.

Quant à la plateforme de l’opération #renforts-Covid, ouverte le 25 mars, elle compte déjà plus de 1500 volontaires inscrits (des étudiants ou des professionnels actifs et retraités prêts à venir en renfort des établissements de santé et médicaux-sociaux).

A Brest, l’afflux de malades tarde à venir à la Cavale Blanche.
Des agents se retrouvent chez eux, sans connaître le statut de cette attente contrainte. Le service de réanimation compterait sept malades du covid-19, dont quatre transférés de Mulhouse, alors qu’il peut en accueillir 83.

A St Nazaire, à bord du Celebrity APEX, une petite centaine de cas est recensée sur le paquebot désormais.
Des tests vont être effectués sur l'ensemble de l'équipage dont deux membres sont déjà hospitalisés.

A Redon, l'atelier Baby Dior (appartenant à la Maison Dior) a rouvert grâce à des salariés volontaires pour confectionner des masques de protection.
Des masques à destination des professions essentielles à la Nation comme (policier, caissières, conducteurs de bus ou encore éboueurs).

En cette période de confinement, les associations caritatives sont parmi celles qui souffrent le plus. Et avec elles, leurs bénéficiaires.
Ainsi, le Secours Populaire du Morbihan lance un appel aux dons.
Car malgré le confinement, il assure encore la distribution alimentaire avec les mesures barrières, les déplacements du Solidari-Bus et le portage à domicile pour les plus isolés (comme les personnes âgées ou malades)... Des missions sans pouvoir organiser, en parallèle, ses actions de récolte de fond (comme les braderies et les chasses aux œufs).

Les explications de Annick Wémeaux, Secrétaire Générale du Secours Populaire du Morbihan

Écouter le podcast

Le danger immédiat, ce n'est pas la pénurie de denrées, mais les frais fixes 

Écouter le podcast

Pour donner, allez sur www.secourspopulaire.fr/56.

D'un point de vue économique, le choc est rude pour la pêche.
Le marché des produits de la mer a chuté de 75%, en France, depuis le début du confinement.
Une grande partie des bateaux, en Bretagne, reste à quai.
Et pour ceux qui sortent encore en mer, difficile de s'y retrouver financièrement : c'est le cas par exemple pour Philippe Briant, spécialisé dans la pêche au bar, qu'il pratique à bord du "Namouic" au large de la côte sud -Finistère

Écouter le podcast

Les parents travaillant dans l’alimentaire désormais concernés.
Comme de nombreuses Villes en France, Nantes et Rennes étendent la garde des enfants aux salariés des commerces alimentaires. Ces salariés qui travaillent au quotidien pourront (comme les soignants en première ligne de l’épidémie) faire garder gratuitement leurs enfants dans des crèches et des écoles.

Concernant la gestion des déchets en période de crise sanitaire, la Région appelle les Bretons au civisme et à la vigilance.
L’épidémie de Coronavirus a conduit à la fermeture de l’ensemble des déchetteries ainsi qu’à celle, progressive, de certains centres de tri des emballages.
Il vous est donc demandé
- de ne pas déposer les déchets dans la nature, ni à l'entrée des déchèteries, ni au pied des conteneurs,
- de garder à domicile les végétaux qui sont en quantité abondante à cette période,
- de déposer dans la poubelle « grise » les sacs - bien fermés - contenant des déchets potentiellement contaminés (mouchoirs en papiers, masques),
- de continuer à trier en respectant les consignes habituelles de tri.

J'ajoute que, malgré le beau temps qui nous accompagne, les plages bretonnes et les sentiers côtiers restent interdits d'accès. L'arrêté préfectoral a été prolongé jusqu'au 15 avril. Dans le Finistère le message a du mal à passer auprès de certains surfeurs et kitesurfeurs qui continuent d’aller dans l’eau. Les forces de l’ordre les ont verbalisés.