Actualités régionales

Après un 3e WE de mobilisation, le mouvement des gilets jaunes ne s'essouffle pas

03 décembre 2018 à 06h57 Par Benoit DE MINIAC

En France comme en Bretagne, les actions ont été très nombreuses, tout au long du WE. Au-delà des affrontements à Paris, les gilets jaunes bretons se sont fait remarquer à Rennes, St Brieuc, Loudéac, Brest, Quimper Lorient, Lanester, Pontivy, Auray, Vannes, Locminé, Ploërmel, Arzal, Muzillac, Redon, St Nazaire, Trignac et Nantes (notamment à l'aéroport)... Localement rejoints par des militants CGT.

Des gilets jaunes qui ont voulu montrer qu'ils étaient pacifiques. A Ploërmel, ils ont observé une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes du mouvement depuis le 17 novembre, du côté des manifestants comme de la police. A Lanester, ils ont rendu hommage au motard décédé vendredi soir sur la N165 après une sortie de route. Samedi, notamment à Vannes, ils étaient disséminés en petits groupes mais suffisant pour bloquer de nombreux rond-point... Avec des meneurs qui ont particulièrement fait attention à ce qu'il n'y ait pas de casse.

A Brest et à Lorient, le blocage des dépôts pétroliers se poursuit. Le nombre de stations-service à sec est en augmentation, notamment dans le Finistère.
D'ailleurs le préfet a choisi de limiter à 30€, dès aujourd'hui, la quantité maximale de carburant qu'il est possible d'acheter à la pompe. Pas de restriction de ce genre dans le reste de la Bretagne... mais pour le moment seulement car certains gilets jaunes envisagent de bloquer également le dépôt pétrolier de Donges.
Il ne resterait alors que celui de Vern-sur-Seiche, près de Rennes, pour alimenter les stations-services de toute la Région.

Du côté des commerces, et malgré les autorisations préfectorales d'ouverture dominicale, notamment en Morbihan et en Loire-Atlantique, peu de magasins ont choisi d'accueillir leurs clients, hier. Dans les secteurs géographiques les plus touchés par le mouvement, les pertes sont déjà très grandes pour l'activité commerciale.
A Lanester, par exemple, les gilets jaunes se relaient depuis maintenant près de 15 jours sur le rond-point de Lann Sévelin, à l'entrée d'une des plus grandes zones commerciales morbihanaises. Pour les boutiques les plus proches du barrage filtrant, le trou dans le chiffre d'affaire est déjà conséquent.

- Ecoutez la colère de Marc, gérant d'un magasin d'ameublement Écouter le podcast

- Et malgré les ouvertures du dimanche, « ce qui est perdu sera difficilement rattrapable » selon Marc, gérant d'un magasin d'ameublement Écouter le podcast

- Marina s'occupe d'un grand magasin de produits pour la maison et le jardin. Elle ne se fait pas d'illusion : la perte conséquente enregistrée par sa boutique sera difficile, voire impossible, à compenser. Mais malgré tout, Marina reste solidaire des Gilets jaunes Écouter le podcast

Des propos recueillis par Yann Launay.

Notez, enfin, qu'hier des "gilets jaunes libres", dont la ploërmelaise Jacline Mouraud (dont la vidéo sur le racket automobile a tant fait parler), appellent à une "sortie de crise". Ils veulent être "les porte-parole d'une colère constructive" avec le gouvernement. Ils réclament notamment "l'ouverture d'états généraux de la fiscalité", une "conférence sociale nationale" et "l'organisation de référendums réguliers sur les grandes orientations sociales et sociétales du pays".